Hypoland Index du Forum

Hypoland
Forum dédié à la prépa littéraire

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Figure de style

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hypoland Index du Forum -> Toutes choses scolaires... -> Lettres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hypatia


Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2010
Messages: 19
Localisation: paris
Féminin
Classe: terminale Littéraire

MessagePosté le: Mer 10 Nov - 18:37 (2010)    Sujet du message: Figure de style Répondre en citant

Quelqu'un sait pourquoi le célèbre vers "Va, je ne te hais point" de Corneille n'est pas une Litote ? On s'est fait hurler dessus lorsqu'on a osé affirmer en choeur que c'était une litote, mais quelle est cette figure de style alors ??? O.O
_________________
Hypokhâgneuse à Blanche de Castille, Le chesnay.
"Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas" Anouilh.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 10 Nov - 18:37 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Polo


Hors ligne

Inscrit le: 30 Avr 2009
Messages: 1 251
Localisation: Paris
Féminin
Classe: M2 Litté comparée

MessagePosté le: Mer 10 Nov - 20:00 (2010)    Sujet du message: Figure de style Répondre en citant

On glose souvent sur cet hémistiche. L'interprétation courante est que c'est une litote. Mais on peut tout aussi légitimement y voir un euphémisme (je trouve ça bien plus convaincant si l'on se réfère à l'ensemble des valeurs de l'époque qui régissent la pièce ainsi qu'au cotexte). En gros, on a aujourd'hui tendance à n'y voir qu'une litote parce que nos codes moraux ont beaucoup évolué : dans nos mentalités de post-romantiques guimauves, on est enclins à ne voir qu'une déclaration d'amour dans cette réplique. Or, l'honneur cornélien est toujours bien supérieur aux soucis amoureux.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Litote ("exemple de divergence interprétative" -bon la formulation alambiquée de Molinié m'a encore fait rire comme d'habitude...)

Même intuition ici : http://www.etudes-litteraires.com/forum/topic17901-va-je-ne-te-hais-point-q….
_________________
"Cooper, you remind me today of a small Mexican Chihuaha."


Revenir en haut
hypatia


Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2010
Messages: 19
Localisation: paris
Féminin
Classe: terminale Littéraire

MessagePosté le: Mer 10 Nov - 23:13 (2010)    Sujet du message: Figure de style Répondre en citant

D'accord. Donc si je comprends bien, personne n'a vraiment statué sur ce cas ? Parce que d'après le Littré, c'est bien une litote, mais les avis continuent de s'opposer... Que dire dans un commentaire alors ?
Depuis mon entrée en HK j'ai un terrible sentiment de remettre en cause tout ce que j'ai appris jusqu'ici en Lettres... déprimant !
De même pour la querelle du Cid, on m'avait dit qu'un des élément de la querelle aurait été dû au contexte historique. En effet, la France était en guerre contre l'Espagne à cette époque, un le fait de faire applaudir un héros Espagnol à la cour à cette époque est une véritable offense pour la France, et la prof m'a répondu que tout cela n'avait aucune importance et que ça n'avait pas de conséquence dans cette querelle, je sais que ce fait n'est pas la principale cause de la querelle mais de la à le nier... que penser ?
_________________
Hypokhâgneuse à Blanche de Castille, Le chesnay.
"Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas" Anouilh.


Revenir en haut
Polo


Hors ligne

Inscrit le: 30 Avr 2009
Messages: 1 251
Localisation: Paris
Féminin
Classe: M2 Litté comparée

MessagePosté le: Mer 10 Nov - 23:56 (2010)    Sujet du message: Figure de style Répondre en citant

Le Gradus aussi considère cette réplique comme une litote parce qu'elle la coupe de son contexte de création (et cotexte). Ce qui me gêne c'est qu'on ne s'embarrasse jamais du "Va" quand on explique cet hémistiche. C'est grâce à l'impératif et aux répliques qui l'environnent qu'on peut déceler plutôt un euphémisme (selon les interprétations dites macrostructurales). Il ne s'agit pas de dire qui a raison ; les deux interprétations se valent à condition de bien les justifier. Dans un commentaire, on peut faire valoir les deux hypothèses qui, d'ailleurs, ne se contredisent pas. J'aurais tendance à dire que l'euphémisme englobe la litote. En disant simplement que c'est une litote, on n'élucide que le problème de l'amour et on n'analyse cette phrase que du point de vue formel (négation qui est une affirmation déguisée). Avec l'euphémisme on rattache ce problème à celui de l'honneur, il y a un surplus de sens qui dépasse la simple remarque formelle. S'il n'y avait pas la pression de l'honneur et de l'orgueil aristocratique, je ne vois pas pourquoi Chimène ne dirait pas carrément "je t'aime" à la mode du XVIIe (après tout, les répliques sont bien senties dans la pièce).

Quant à la querelle du Cid, je suis de l'avis de ta prof. Même si le genre est différent, on n'a pas reproché à Molière d'avoir repris l'intrigue du Dom Juan à Tirso de Molina. Pour ces deux dramaturges, les critiques portaient avant tout sur la moralité de ces pièces (au XVIIe siècle il ne faut jamais oublier que la quasi majorité des querelles esthétiques portaient sur la moralité des genres et des oeuvres). Pour le Cid, pour résumer assez vite, les critiques se sont d'abord dirigées contre Corneille lui-même parce qu'il avait fait imprimer sa pièce beaucoup trop tôt afin de conserver la mainmise sur son texte...au détriment des comédiens et des éventuelles éditions piratées. Donc on a dit qu'il était avare et orgueilleux. Il s'est même fait traiter de "sale bourgeois" haha. Pire encore, on l'a accusé d'avoir plagié un texte espagnol (ça c'était Mairet). Georges de Scudéry (le frère de Madeleine) s'en est mêlé dans ses Observations sur le Cid en s'attaquant cette fois-ci au style de la pièce. Les règles classiques n'auraient pas été respectées (c'est vrai qu'on peut difficilement croire aux règles des 24h au vu de tout ce qu'il se passe...mais Corneille considérait le Cid comme une tragi-comédie quand même, comme en atteste l'heureux dénouement). Et surtout Scudéry trouve que la pièce ne répond pas au principe de vraisemblance. C'est lui qui dit  "Il est vrai que Chimène épousa le Cid, mais il n’est point vraisemblable qu’une fille d’honneur épouse le meurtrier de son père". Il s'agit bien d'un problème moral là puisque la vraisemblance à l'époque correspond d'abord à l'adéquation d'une oeuvre avec les mentalités d'une époque (d'où les règles d'aptum interne et externe quand on cherche à codifier les genres). Ensuite s'ensuit tout un échange de lettres entre Corneille et ses détracteurs. L'Académie française est chargée d'établir un rapport (c'est le rôle de Chapelain dans Sentiments de l'AF sur la tragicomédie du Cid). Finalement, il n'y a pas spécialement de happy (ou de bad) end pour Corneille. Chapelain a pris certes en compte les critiques mais les a fortement adoucies du fait du caractère "hybride" de la pièce (tragicomédie, ce qui justifie les libertés prises par Corneille). Au moins la querelle aura permis de conduire à émettre quelques critiques à l'égard de l'AF, très lente à produire une grammaire et un dictionnaire, à engager un véritable travail de réflexion sur la langue (épuration initiée par Malherbe bien sûr et poursuivie par Scudéry) et sur la moralité du théâtre (je passe sur les détails) et surtout à réfléchir aux notions d'emprunt et de sources. Le XVIIe siècle, au travers de ses querelles, permet en fait la naissance de la critique.
Quant à l'Espagne, certes il y a eu la guerre (désastreuse aussi pour la France) mais l'art restait assez indépendant de la politique extérieure des rois. Alors que le public pouvait être pris d'admiration pour l'action de Rodrigue (et non pour Rodrigue lui-même), l'opinion publique de l'époque avait tendance à bien se foutre des Espagnols, qu'on considérait comme les tenants du mauvais goût, pour leur cuisine entre autres (Saint-Simon dit des choses très drôles sur eux quand il est "forcé", dit-il, à manger chez eux).

Euh voilà. Mr. Green


_________________
"Cooper, you remind me today of a small Mexican Chihuaha."


Revenir en haut
Béné


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2009
Messages: 1 198
Localisation: Montauban
Féminin
Classe: Ulm/L3 histoire P1

MessagePosté le: Jeu 11 Nov - 16:51 (2010)    Sujet du message: Figure de style Répondre en citant

http://alufc.univ-fcomte.fr/pdfs/740/pdf_3.pdf   deuxième page je crois
_________________
Anciennement en prépa A/L à Henri-IV


Revenir en haut
Béné


Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2009
Messages: 1 198
Localisation: Montauban
Féminin
Classe: Ulm/L3 histoire P1

MessagePosté le: Jeu 11 Nov - 17:00 (2010)    Sujet du message: Figure de style Répondre en citant

non en fait 4 ou 5 BREF  Mr. Green
_________________
Anciennement en prépa A/L à Henri-IV


Revenir en haut
hypatia


Hors ligne

Inscrit le: 01 Juin 2010
Messages: 19
Localisation: paris
Féminin
Classe: terminale Littéraire

MessagePosté le: Dim 21 Nov - 02:10 (2010)    Sujet du message: Figure de style Répondre en citant

Merci beaucoup pour vos lumières ! (Vous me faites rêver avec toutes vos connaissances <3 ) *En admiration* Embarassed
_________________
Hypokhâgneuse à Blanche de Castille, Le chesnay.
"Rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas" Anouilh.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:24 (2016)    Sujet du message: Figure de style

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Hypoland Index du Forum -> Toutes choses scolaires... -> Lettres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com